mercredi 4 février 2009

Plan d'exposé: La réecriture des sources antiques dans l'Antigone de Bauchau

"Mon antigone n'est pas un personnage de tragédie, mais de roman, elle n'est pas la femme d'un acte, d'un débat, d'un refus. Elle est la femme d'un monde nouveau qui, à travers une longue initiation, trouve le courage d'agir et de penser sans modèle. " (Journal d'Antigone, p.501)
Problématique: nouvelle forme (roman) pour nouveau contenu.
Arrière-plan théorique: Palimpsestes de Gérard Genette.
"Continuation" par rapport à Oedippe à Colone (que devient Antigone après la mort de son père, qu'elle a accompagné en exil?) et "extension" par rapport aux Phéniciennes et aux Sept contre Thèbes (quel rôle joue la soeur durant le siège de Thèbes et la lutte fratricide?)
+ quelles nouvelles possibilités le genre romanesque introduit-il?
D'où une nouvelle vision d'Antigone.

I Les implications de la "continuation
1. Des vides narratifs comblés
2. Un changement de perspective (ou "dans le royaume des frères ennemis" ("Le Cri", VBP, p.57))
3. Influence  de réécritures intermédiaires?

II Les implications du choix de la forme romanesque
1. L'entrée dans la durée
2. Une causalité humaine
3. La "princesse de la vie intérieure" ("le Cri", VBP, p.53)

III Un nouveau visage pour Antigone
1. "je suis née pour partager l'amour"
2. "L'insurgée", intraitable comme l'espérance
3. Une mort sacrificielle

Conclusion
Réflexion sur les formes littéraires: une Antigone épico-romanesque (qui ne se confond pas avec son personnage théâtral)
Arrière-plan religieux (au sens large) et mystique: quête intérieure, dimension mariale, sacrifice
Enrichissement de la conception léguée par les tragiques: Antigone dans la fratrie / Antigone dans la cité.

                                                                                                         

Source:  Proposition de plan fournie par Mme Eissen en cours - 04.02.2009 -

mardi 3 février 2009

Contacter les auteurs